Observation du travail en longe CHEVAL/LONGEUR et LONGEUR/CHEVAL

Journée du 8 décembre 2020 à l’ENE ( Ecole Nationale d’équitation) de Saumur

Le Travail en longe permet de rentrer en communication avec le cheval, à distance.

Cela dans le but de travailler le cheval, sur sa bonne condition physique en complément du travail en selle pour le cavalier, qui pratique un travail moins long en temps, pour une séance, mais très physique pour le cheval qui évolue au bout de sa longe.
On peut le faire travailler sur un cercle autour de soi. Le longeur reste à un point fixe, comme l’axe d’une roue, et se maintient au point central par un fort encrage au niveau de ses pieds, ses genoux sont fléchis et souples, et son dos bien redressé et légèrement en arrière, pour aider le cheval dans son maintien, la main est au niveau du nombril, dans la même position qu’une rêne tenue en selle. La position du longeur est identique au sol, à celle du cavalier sur son cheval.
Je rappelle que 90% du travail des cavaliers se fait au sol, et les 10% restant à cheval.

D’OÙ L’IMPORTANCE DU TRAVAIL AU SOL

Un mauvais travail au sol, produira un mauvais travail en selle

QUE PUIS JE FAIRE AVEC LE CHEVAL SI JE NE SUIS PAS CAVALIER ?

Pour ceux qui ne sont pas CAVALIERS, et qui veulent travailler l’ Effet MIROIR, en INTERACTION HOMME/CHEVAL, dans le volet développement personnel, connaissance de soi.

Ce travail requière une extrême rigueur, une très grande concentration et disponibilité mentale pour rentrer en communication avec le cheval.

En effet, le cheval perçoit son longeur à distance: ses états d’âme, ses émotions et ses postures. Il sera le reflet de celui qui le mène, et l’outil REVELATEUR de soi.

A cela sont associés : la parole, la voix, le son de la voix, les positions corporelles prises à côté du cheval, les tensions ou crispations ou non, au bout de la longe, et le respect de soi par le cheval, à distance.

On peut travailler sur un cercle, sur un rectangle, marcher à côté de lui, à sa droite, à sa gauche, devant, derrière.

Pour les plus avérés ou curieux, travailler aux longues rênes, et sentir à distance ce qu’exprime le cheval dans ses déplacements, dans son souffle ,dans le bruit des poses des pieds, et des amplitudes de ses membres, observer les empreintes des sabots.

Merci à toute l’équipe de l’ENE, pour ce travail enrichissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.